Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Radiohead - In Rainbows (2007)

Et si, finalement, c'était ce dernier "In Rainbows", le meilleur disque de Radiohead ? Meilleur encore que le pourtant inégalable "OK Computer" ou que le (trop?) surestimé "Kid A" que Pitchfork a lui-même placé en tête des disques de la décennie ? Même si, ils avouent en cachette que peut-être : "...I actually think it might be their best". (Voir la petite chronique du disque en question en 21ème place, tout de même, du dudit classement. J'imagine d'ailleurs que cette 21ème place doit résulter du fait qu'ils se sont eux-mêmes interdits de mettre deux disques du même artiste dans les 20 premiers ... De même, le fait de ne pas mettre "Hail To Thief" dans les 200 doit vouloir dire qu'ils ne voulaient pas avoir plus de 3 albums d'un même artiste dans leur classement ... Stupides contraintes, non ?) Enfin bref, si je vous parle de Radiohead de manière aussi évidente, dans mes indispensables, c'est parce que ce groupe est actuellement, pour moi, le plus grand, et de loin. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est le seul, qui, à chaque nouveau disque, ne me déçoit jamais et pourtant, dieu sait qu'à chaque fois, l'attente est énorme. C'est bien simple, depuis "Ok Computer", ils sont pour moi sur une autre planète. Alors, bien sûr, il y a aussi Portishead, par exemple. Mais trois disques en 15 ans, c'est trop peu pour garder le leadership. Mais revenons à ce "In Rainbows", ce disque qui a défrayé la chronique, en étant proposé librement sur le net à un montant fixé au bon vouloir de l'acheteur. Opération marketing ? Dénonciation des abus des maisons de disques ? Anticipation sur le futur de la production musicale ? A chacun sa réponse. Le problème, c'est que du coup, tout le monde ou presque est sans doute finalement passé un peu à côté de l'essentiel : la musique. Et ici, elle est plus belle que jamais : quel son, mon dieu, quel son !!! Il suffit pour cela d'écouter entre autres "Jigsaw Falling Into Place" pour s'en persuader. L'enchevêtrement de voix, de guitares est parfaite. 10 morceaux d'une pureté sonore incroyable ! Les puristes diront d'ailleurs que c'est dommage qu'ils l'aient d'abord proposé en téléchargement MP3, car la compression n'a pas rendu fidèlement cette qualité.
Il n'y a pas de temps mort, l'émotion ne baisse pas d'un iota durant 40 minutes, Thom Yorke n'a jamais aussi bien chanté, il y aussi une vraie unité dans ce disque, chose qui manquait peut-être à leurs précédents disques qui avaient tendance à se disperser un peu. Alors, oui, le son du groupe s'est sans doute un peu polissé, adouci, mais quelle patine ! "Nude" aussi fait dresser les poils, fiche la chair de poule et est sans doute un de leurs meilleurs morceaux. Bref, c'est un véritable arc-en-ciel, de toute beauté. Shirley Manson, la chanteuse écossaise des un peu disparus mais pas forcément regrettés Garbage avait dit à l'époque de "Ok Computer" que Radiohead était Dieu. Plus de dix ans après, on ne peut foncièrement pas lui donner tort ...

Clip de "House Of Cards" :


Clip de "Jigsaw Falling Into Place" :


Live de "Nude" :

Commentaires

  1. Et si, finalement, c'était ce dernier "In Rainbows", le plus mauvais disque de Radiohead ? Avec le premier quand même...
    Je sauve "Videotape" mais le reste ça ne m'avait pas fait plus d'effet que ça.

    RépondreSupprimer
  2. Non pas le meilleur, mais une, disons, préparation de terrain pour un chef d'oeuvre à venir. Peut pas destituer le patrimoine comme ça! Les nouvelles chansons promettent en tout cas (pas toutes mais check "these are my twisted words", you'll see).

    RépondreSupprimer
  3. Je vois que ce disque ne semble pas faire l'unanimité ... Pourtant, je persiste et signe : "In Rainbows" n'est pas une "préparation de terrain", mais bel et bien un chef d'oeuvre. Alors, bien sûr, il n'y a sans doute pas l'effet de surprise qu'on a pu avoir à la sortie d'un "Kid A" par exemple - c'est sans doute ce qui lui vaut aujourd'hui encore son statut de disque culte. Mais en réécoutant les deux disques, j'ai quand même une préférence pour celui-là : plus concis, moins de temps mort, pas de déchet et un son superbe. Il faut absolument écouter "Jigsaw..." au casque, c'est une expérience inoubliable ...Et tant pis si je suis le seul à le penser ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Danger Mouse & Black Thought - Cheat Codes

" Cheat codes " est un terme bien connu des amateurs de jeux vidéos dont je ne fais plus partie depuis de nombreuses années. Est-ce bien ou mal ? Je ne sais pas. C'est comme ça, ça ne veut pas forcément dire que c'est immuable. Les cheat codes, c'était quand on était bloqué dans le jeu, qu'on ne savait plus comment avancer, soit parce que ça devenait trop compliqué, soit parce que ça nous paraissait d'un coup buggé. Bien sûr, le plaisir n'était plus le même, on avait triché pour pouvoir continuer. Le rap n'a par contre jamais été ma came, vous devez le savoir, vous qui venez ici. Si vous aimez le rap, vous devez sans doute aller voir ailleurs. Car les fans de rock indépendant et de rap sont rarement les mêmes. Encore que l'époque est au brassage des genres, de plus en plus. Cet album de Danger Mouse, producteur de légende, ayant travaillé pour des groupes aussi variés que Gorillaz, Sparklehorse, Beck, The Black Keys, U2, Red Hot Chili Peppers,

Louise Attaque & Dominique A - Paris, Le Café de la Danse, 5 novembre 2022

Encore un concert avant de poursuivre notre rattrapage intensif des disques de 2022, ceux de Louise Attaque et Dominique A, réunis le temps d'une soirée grâce à France Inter. Décidément, encore des anciennes gloires des années 90, françaises cette fois-ci. Pour les premiers, c'est un grand retour accompagné d'un nouveau disque. Le second publie régulièrement des albums depuis ses débuts en 1992, trente ans déjà que " La Fossette " est paru. Si leurs premiers disques respectifs avaient marqué chacun à leur manière les esprits, cela fait bien longtemps que ni les uns, ni l'autre ne révolutionnent les genres. Entendre leur musique à la suite le temps d'une même soirée est assez révélateur des différentes approches. Celle des Parisiens de Louise Attaque - Gaëtan Roussel a le même accent parigot traînant que feu Daniel Darc - est festive, directe, presque naïve, aux influences plus marquées qu'à leur début, plus New Order que Violent Femmes désormais. Celle