Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Lou Reed - Berlin (1973)


Bon, aujourd'hui, difficile de passer à côté, on commémore le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Alors, pour tomber pile-poil raccord avec l'actualité, je vais parler ce matin, dans mes indispensables, du chef d'oeuvre de Lou Reed, "Berlin" sorti en 1973, album conceptuel racontant l'histoire d'un couple de junkies, Caroline et Jim, sur fond de "rideau de fer". Ce disque est passé un peu inaperçu à l'époque, ne renouvelant malheureusement pas le succès de son précédent "Transformer" écrit en collaboration avec Bowie. Pourtant, quelques décennies plus tard, c'est sans doute ce "Berlin" que l'histoire retiendra ou plutôt que son auteur a retenu. En effet, c'est ce disque que Lou Reed a rejoué dans son intégralité lors d'une récente tournée. Tournée à laquelle j'ai pu assister et qui m'a malheureusement, profondément déçu - et aussi accessoirement vidé mon portefeuille -. Lou Reed - à l'instar d'un Polnareff chez nous, toute autre comparaison mise à part - a fait de la gonflette, est devenu plus musclé, autant physiquement que musicalement. Son concert y a donc gagné en testostérone, ce qu'il a perdu en fragilité et émotion. Non, le "Berlin" que j'admire, ce n'était pas ça : ce guitariste insupportable, qui l'accompagnait, avec ces solos de guitare très "hard rock FM", cette mise en scène à l'américaine, et cette musique "en force", sans finesse. Ce n'est pas ces "Lady Day", "Mens Of Good Fortune", "Caroline Says I", etc, que j'écoutais en boucle seul chez moi et qui me touchaient toujours autant malgré les années. Un grand disque de pop orchestrée et poétique mais malade, tordue, triste et sans espoir. Le compagnon idéal des coups de blues ou autres coups de "moins bien". Mais cela est sans doute bien loin du Lou Reed actuel. Il ne faut sans doute jamais essayer de faire revivre sa jeunesse.
En faisant le parallèle avec l'anniversaire de la chute du mur, si finalement, on en parle autant aujourd'hui, c'est aussi peut-être parce que c'est quelque chose qui nous manque désormais, ce besoin de révolte, de communion populaire, cette recherche de noble combat. Avec sa tournée "Berlin", Lou Reed avait aussi envie de fêter cette sorte de "paradis perdu", son inspiration disparue. Ce confort d'adulte "petit-bourgeois" a remplacé sa jeunesse rebelle. Mas heureusement pour lui, cette dernière restera tout de même éternelle, grâce à des disques comme "Berlin".

Extrait de "Lady Day", lors de la tournée "Berlin", film réalisé par Julian Schnabel avec Emanuelle Seigner.


"Berlin" en live en 1972 :


Commentaires

  1. Ce disque est effectivement très bon. Et pourtant je n'ai jamais écouté beaucoup Lou Reed ni le Velvet Underground... Etrange peut-être... mais c'est avec des chansons comme Caroline Says que je pourrais tomber dans la marmite.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We