Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Lou Reed - Berlin (1973)


Bon, aujourd'hui, difficile de passer à côté, on commémore le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Alors, pour tomber pile-poil raccord avec l'actualité, je vais parler ce matin, dans mes indispensables, du chef d'oeuvre de Lou Reed, "Berlin" sorti en 1973, album conceptuel racontant l'histoire d'un couple de junkies, Caroline et Jim, sur fond de "rideau de fer". Ce disque est passé un peu inaperçu à l'époque, ne renouvelant malheureusement pas le succès de son précédent "Transformer" écrit en collaboration avec Bowie. Pourtant, quelques décennies plus tard, c'est sans doute ce "Berlin" que l'histoire retiendra ou plutôt que son auteur a retenu. En effet, c'est ce disque que Lou Reed a rejoué dans son intégralité lors d'une récente tournée. Tournée à laquelle j'ai pu assister et qui m'a malheureusement, profondément déçu - et aussi accessoirement vidé mon portefeuille -. Lou Reed - à l'instar d'un Polnareff chez nous, toute autre comparaison mise à part - a fait de la gonflette, est devenu plus musclé, autant physiquement que musicalement. Son concert y a donc gagné en testostérone, ce qu'il a perdu en fragilité et émotion. Non, le "Berlin" que j'admire, ce n'était pas ça : ce guitariste insupportable, qui l'accompagnait, avec ces solos de guitare très "hard rock FM", cette mise en scène à l'américaine, et cette musique "en force", sans finesse. Ce n'est pas ces "Lady Day", "Mens Of Good Fortune", "Caroline Says I", etc, que j'écoutais en boucle seul chez moi et qui me touchaient toujours autant malgré les années. Un grand disque de pop orchestrée et poétique mais malade, tordue, triste et sans espoir. Le compagnon idéal des coups de blues ou autres coups de "moins bien". Mais cela est sans doute bien loin du Lou Reed actuel. Il ne faut sans doute jamais essayer de faire revivre sa jeunesse.
En faisant le parallèle avec l'anniversaire de la chute du mur, si finalement, on en parle autant aujourd'hui, c'est aussi peut-être parce que c'est quelque chose qui nous manque désormais, ce besoin de révolte, de communion populaire, cette recherche de noble combat. Avec sa tournée "Berlin", Lou Reed avait aussi envie de fêter cette sorte de "paradis perdu", son inspiration disparue. Ce confort d'adulte "petit-bourgeois" a remplacé sa jeunesse rebelle. Mas heureusement pour lui, cette dernière restera tout de même éternelle, grâce à des disques comme "Berlin".

Extrait de "Lady Day", lors de la tournée "Berlin", film réalisé par Julian Schnabel avec Emanuelle Seigner.


"Berlin" en live en 1972 :


Commentaires

  1. Ce disque est effectivement très bon. Et pourtant je n'ai jamais écouté beaucoup Lou Reed ni le Velvet Underground... Etrange peut-être... mais c'est avec des chansons comme Caroline Says que je pourrais tomber dans la marmite.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&