Accéder au contenu principal

Black session de The Pains Of Being Pure At Heart le 23/11/2009


Il fallait que je les vois, ceux-là. C'était plus fort que moi. Et une fois de plus, merci à Bernard Lenoir (et à Michèle Soulier aussi bien sûr), qui, mine de rien, a réussi à faire venir dans son célèbre studio 105 de la Maison de la Radio, la plupart des nouveaux groupes qui ont compté en 2009 dans la catégorie révélation "indie pop", comme Soap & Skin, The XX, Girls, Wild Beasts et donc, The Pains Of Being Pure At Heart. J'ai déjà parlé pas mal de ce groupe ici, , et encore . Bref, vous vous en doutez sûrement, ils seront en bonne place dans mes classements de fin d'année. Je me devais donc de les voir sur scène pour juger de ce que ça pouvait donner "grandeur nature". Et ma foi, je n'ai pas été déçu. Pas forcément été surpris non plus. Non, ce groupe est comme je les avais prévus : simple, pop, mélodique, efficace, même si pas forcément très charismatique - le chanteur a une fâcheuse tendance à regarder ses pieds. Avec eux, le romantisme des années 80 est indéniablement de retour et ça fait plaisir. Pas prise de tête, leur musique est immédiatement accessible. Et puis, chose qui ne gâche rien, ce groupe dégage un véritable capital sympathie. Malgré leur encore faible répertoire (je parle en nombre de morceaux, bien sûr), ils ont joué l'heure syndicale et ont même fait un court rappel ensuite. Ce concert m'a donc rappelé si besoin était que leur premier album est diablement entraînant et sans véritable temps mort, à l'image de leur set d'hier soir. Bien sûr, ce n'est pas de la "grande musique" dans le sens noble du terme, ce n'est pas forcément toujours bien joué - comme la claviériste qui chantait parfois un peu faux, mais ça dégageait constamment une fraîcheur et une candeur bienvenues en ces temps moroses. Et puis, quel joli nom de groupe ! Une bien belle soirée en somme ...

Bon, là-dessus, je triche un peu parce que l'extrait live date de la veille, le 22 novembre au Point Ephémère, mais on n'est pas à une journée près, pas vrai ?


Commentaires

  1. "le chanteur a une fâcheuse tendance à regarder ses pieds"... N'est-ce pas l'essence même du shoegazing?

    RépondreSupprimer
  2. Oui sans doute, mais comme je l'ai dit : ils sont comme je l'avais prévu. Cette attitude plutôt modeste est à l'image de leur musique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We