Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Joy Division - Unknown Pleasures (1979)

Retour aux affaires après une nouvelle petite pause, mais quand l'envie n'est plus aussi présente, ça fait du bien de s'arrêter quelques jours, comme ça. Retour donc, avec ma série d'indispensables et pour fêter dignement la mise en ligne récente sur Dailymotion (en VO sous-titrée s'il vous plaît) du très bon documentaire de Grant Gee sur le groupe, voici le premier album des désormais mythiques Joy Division. Mythiques, oui, car il faut bien avouer que depuis quelques temps, on n'arrête pas de parler d'eux, après notamment l'excellent film "Control" sorti il y a une paire d'années, relatant la carrière météorite du groupe. Joy Division est devenu une valeur étalon, parce que leur style est indéniablement redevenu à la mode. Interpol, Editors, White Lies et j'en passe ont repris plus ou moins habilement le flambeau. Et à la lumière de ce revival, on s'aperçoit que les maîtres et aussi les précurseurs de cette cold-wave, c'était eux, Joy Division et notamment ce premier disque, leur plus rock, "Unknown Pleasures", plus tout à fait punk, pas encore new-wave. Et puis, il y a forcément l'épisode dramatique du suicide de leur chanteur charismatique Ian Curtis. Ce chanteur qui vivait sa musique, sa vie en générale, de manière sans doute trop intense et qui, malheureusement pour nous, s'est consumé beaucoup trop vite. Tout est donc réuni pour que Joy Division devienne culte. Et il aura fallu attendre près de 30 ans, pour qu'ils aient en plus une certaine reconnaissance un peu plus "grand public" et un statut de groupe rock inattaquable. C'est donc devenu presque banal de dire qu'on adore ce groupe. Pourtant, à la réécoute de ce "Unknown Pleasures", on est toujours aussi terrifié. Terrifié par la brutalité du ton, par le côté rêche et abrupte de la rythmique, par l'amplitude et la maturité de cette voix venant pourtant d'un presque "gamin" de vingt ans, par la noirceur de son propos, par cette descente aux enfers programmée qui connaîtra son apogée avec le second et dernier album "Closer", mais qu'on aperçoit déjà ici, notamment dans le terrible morceau final. Curtis ne feint pas, l'avenir nous le dira rapidement. Et une aussi évidente franchise marque de manière indélébile.
Malgré l'unité de ton qui règne ici, chaque morceau a son style et son ambiance particulière. "Disorder" comme "She's Lost Control" (aaah, ces premières notes ...) sont sans doute les morceaux les plus évidents du lot, les plus immédiats. "I Remember Nothing" est une lente complainte triste et désespérée, "Interzone" un brûlot punk. "Insight" est plus pop, plus proche de ce que feront plus tard les autres membres du groupe par le biais de New Order. A travers Curtis, les années 80 tenaient à leur manière, leur Jim Morrison : plus humble (et donc plus confidentiel ?), plus mélancolique, mais aussi mystérieux.

"She's Lost Control" :


Et le fameux documentaire de Grant Gee :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We