Accéder au contenu principal

These New Puritans - Hidden

Là-dessus, je ne vais sans doute pas faire l'unanimité des indie-rockeurs, comme avec Owen Pallett ou Beach House. Mais tant pis. En plus, le disque est déjà sorti depuis près d'un mois. Mais tant pis aussi. C'est quand même mon disque de la semaine. En fait, celui-là, je l'ai dans un coin de mon cerveau depuis un bon moment. Pourtant, il y avait toujours cette petite voix intérieure qui me disait : "tu ne vas pas écouter ça, c'est de la musique horriblement pompeuse et prétentieuse, une espèce de bouillie sonore électronique qui tente pitoyablement de mélanger un peu tous les styles : du punk-rock, de l'électro-indus', mais aussi du hip-hop, du R'n'B (bouh, la honte!), de la musique classique et autres sons en tout genre." Et puis, de l'autre côté, il y avait cette envie bizarre mais instinctive d'y revenir. Encore et encore. Parce que "Hidden" ne ressemble à rien de connu. Parce que c'est un ovni et que même si certains titres me font mal au crâne et me fiche un peu les jetons ("Drum Courts" en particulier) encore aujourd'hui. D'autres se sont imposés inévitablement  par leur richesse et parce que tout simplement ça "claque" : "Three Thousand", "Attack Music", "White Chords", "5". Ce disque est une purge. Un univers à part entière. Le genre de trucs qui laisse forcément un paquet de monde sur le bord de la route.
These New Puritans n'aime pas la tiédeur et forcément ça se paie en bien (les critiques dithyrambiques du NME et des Inrocks) ou en mal (l'assassinat en règle de Magic!). Après, on peut ne pas apprécier le côté branleur arrogant bien anglais des frangins Barnett, mais force est de constater que les gaillards prennent des risques. L'avenir nous dira s'ils ont eu raison ou pas. En attendant, ils seront à la Cigale le 18 février prochain, en première partie de The XX et de leur new-wave plus mainstream et douce.

Clip de "We Want War" :

Commentaires

  1. Je ne sais pas encore quoi penser de ce disque, quand je l'écoute, je me demande souvent si c'est le disque ou la blague de l'année. En tout cas, il est fascinant et comme toi, j'y reviens toujours.

    RépondreSupprimer
  2. J'aurais quand même tendance à penser qu'il est excellent, même si j'ai mis du temps à m'y faire.
    Mais rien que le fait justement d'y revenir sans cesse est plutôt un bon signe ;-) "White Chords" est une chanson magnifique !
    En tout cas, j'ai vu que tu iras les voir en première partie de The XX, j'attends donc avec impatience ton compte-rendu de concert ainsi que bien sûr, les belles photos qui vont avec ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Rien à faire, je l'ai réécouté par pure conscience professionnelle, et ce sera définitivement sans moi :)

    RépondreSupprimer
  4. C'est déjà bien d'avoir réessayé. J'avoue pour ma part que quand je n'accroche pas du tout à la première écoute, j'ai plutôt tendance à ne pas insister ...

    RépondreSupprimer
  5. "Tami a dit…

    Je ne sais pas encore quoi penser de ce disque, quand je l'écoute, je me demande souvent si c'est le disque ou la blague de l'année. En tout cas, il est fascinant et comme toi, j'y reviens toujours. "

    Bah c'est l'album de l'année alors.
    ;)

    RépondreSupprimer
  6. Album de l'année, je ne sais pas, c'est encore trop tôt pour le dire et puis il y a toujours des chansons qui me gênent et que j'apprécie moins ... Et puis, le Owen Pallett et le Beach House sont tellement bons !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We