4 avril 2009

Wavves - Wavvves

Tout d'abord, avant de parler de l'album susnommé, je voudrais dire un grand merci aux membres de "Comment certains vivent", quels qu'il soient, site officiel du sieur A, pour avoir fait référence à ma modeste rétrospective sur l'artiste. Cela fait toujours plaisir ... Pour sûr, je parlerai du nouvel album de Dominique, en temps et en heure, une fois que j'aurais digéré les quelques kilos de nouveautés qui ne demandent qu'à passer entre mes oreilles ... Mais "La Musique" est évidemment dans mes priorités du moment. J'espère aussi pouvoir me libérer pour aller le voir en concert, à l'occasion, à la route du rock, cet été, par exemple.
Mais revenons au disque qui nous concerne, à savoir Wavves avec 2 "v" pour le nom du groupe (du chanteur ?) - à priori, il s'agirait du seul dénommé Nathan Williams - qui sort son deuxième disque je crois, et il s'appelle "Wavvves" avec 3 "v" cette fois-ci. Tout cela est assez compliqué et très wizzz, comme dirait l'autre. En plus, les mots "Goth" ou "Demon" apparaissent régulièrement dans le titre des morceaux : manque d'inspiration ? foutage de gueule ? ou furieux adepte du gothique ? Rien de tout cela, à l'écoute de l'album. Car Wavves réussit là où bien d'autres se sont cassés la figure avant la lui, c'est-à-dire à faire de la musique pour "skateboardeurs" - en témoigne la pathétique pochette du disque - qui tienne la route. Il réconcilie les fans d'Offspring ou Greenday (beurk) avec ceux de Pavement et Sonic Youth (miam, miam) : un équilibre instable entre punk indie avec grosses guitares saturées et mélodies évidentes, pleines de "ouhouh", immédiatement sifflables sous la douche. "So Bored" et "No Hope Kids", par exemple, pourraient devenir sans problème les 2 tubes indé de l'année, à l'instar d'un "Popular" de Nada Surf il y a quelques années ou d'un "Smell Like Teen Spirits". Mais l'époque ne se prête sans doute plus au grunge et aux jeans baggy. N'empêche, c'est encore une très belle découverte de Pitchfork, qui, décidément, sont de véritables défricheurs de nouveaux talents. (MySpace)

8/10

Chroniques :
Pitchfork
Rolling Stones
NME

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire