Accéder au contenu principal

Wavves - Wavvves

Tout d'abord, avant de parler de l'album susnommé, je voudrais dire un grand merci aux membres de "Comment certains vivent", quels qu'il soient, site officiel du sieur A, pour avoir fait référence à ma modeste rétrospective sur l'artiste. Cela fait toujours plaisir ... Pour sûr, je parlerai du nouvel album de Dominique, en temps et en heure, une fois que j'aurais digéré les quelques kilos de nouveautés qui ne demandent qu'à passer entre mes oreilles ... Mais "La Musique" est évidemment dans mes priorités du moment. J'espère aussi pouvoir me libérer pour aller le voir en concert, à l'occasion, à la route du rock, cet été, par exemple.
Mais revenons au disque qui nous concerne, à savoir Wavves avec 2 "v" pour le nom du groupe (du chanteur ?) - à priori, il s'agirait du seul dénommé Nathan Williams - qui sort son deuxième disque je crois, et il s'appelle "Wavvves" avec 3 "v" cette fois-ci. Tout cela est assez compliqué et très wizzz, comme dirait l'autre. En plus, les mots "Goth" ou "Demon" apparaissent régulièrement dans le titre des morceaux : manque d'inspiration ? foutage de gueule ? ou furieux adepte du gothique ? Rien de tout cela, à l'écoute de l'album. Car Wavves réussit là où bien d'autres se sont cassés la figure avant la lui, c'est-à-dire à faire de la musique pour "skateboardeurs" - en témoigne la pathétique pochette du disque - qui tienne la route. Il réconcilie les fans d'Offspring ou Greenday (beurk) avec ceux de Pavement et Sonic Youth (miam, miam) : un équilibre instable entre punk indie avec grosses guitares saturées et mélodies évidentes, pleines de "ouhouh", immédiatement sifflables sous la douche. "So Bored" et "No Hope Kids", par exemple, pourraient devenir sans problème les 2 tubes indé de l'année, à l'instar d'un "Popular" de Nada Surf il y a quelques années ou d'un "Smell Like Teen Spirits". Mais l'époque ne se prête sans doute plus au grunge et aux jeans baggy. N'empêche, c'est encore une très belle découverte de Pitchfork, qui, décidément, sont de véritables défricheurs de nouveaux talents. (MySpace)

8/10

Chroniques :
Pitchfork
Rolling Stones
NME

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…