Accéder au contenu principal

The Jam (3/6) : All Mod Cons


Suite de ma saga The Jam et cette fois-ci, je peux dire que c'est du bon. "All Mod Cons" - traduire par tout le confort moderne, "con" pouvant aussi dire arnaque - est leur troisième album, il est paru en 1978 et marque définitivement un tournant dans leur carrière qui décolle réellement outre-manche. Les Sex Pistols ne sont déjà plus, les Clash s'essaient à une carrière américaine, les Jam ont alors le champ libre pour devenir un groupe culte chez eux, surtout que le propos est très social - une constante bien britannique - Paul Weller sera d'ailleurs connu pour son appartenance à un parti de gauche, voire d'extrême gauche. Leur son s'est "arrondi", poli, est devenu plus pop, en témoigne la reprise des Kinks "David Watts" mais aussi la ballade "English Rose". Mais il reste la hargne et la fougue d'un "Down In The Tube Station At Midnight" par exemple, leur premier tube, qui raconte l'histoire d'un gars qui se fait tabasser dans le métro. "All Mod Cons" marque le début d'une formidable trilogie qui se poursuivra avec les 2 albums suivants et qui restera graver à jamais dans l'histoire de la pop anglaise.

Vidéo de "Down In The Tube Station At Midnight" à Top Of The Pops :


The distant echo -
Of faraway voices boarding faraway trains
To take them home to
The ones that they love and who love them forever
The glazed, dirty steps - repeat my own and reflect my thoughts
Cold and uninviting, partially naked
Except for toffee wrapers and this mornings paper
Mr. jones got run down
Headlines of death and sorrow - they tell of tomorrow
Madmen on the rampage
And Im down in the tube station at midnight
I fumble for change - and pull out the queen
Smiling, beguiling
I put in the money and pull out a plum
Behind me
Whispers in the shadows - gruff blazing voices
Hating, waiting
Hey boy they shout - have you got any money?
And I said - Ive a little money and a take away curry,
Im on my way home to my wife.
Shell be lining up the cutlery,
You know shes expecting me
Polishing the glasses and pulling out the cork
And Im down in the tube station at midnight

I first felt a fist, and then a kick
I could now smell their breath
They smelt of pubs and wormwood scrubs
And too many right wing meetings
My life swam around me
It took a look and drowned me in its own existence
The smell of brown leather
It blended in with the weather
It filled my eyes, ears, nose and mouth
It blocked all my senses
Couldnt see, hear, speak any longer
And Im down in the tube station at midnight
I said I was down in the tube station at midnight

The last thing that I saw
As I lay there on the floor
Was jesus saves painted by an atheist nutter
And a british rail poster read have an awayday - a cheap holiday -
Do it today!
I glanced back on my life
And thought about my wife
cause they took the keys - and shell think its me
And Im down in the tube station at midnight
The wine will be flat and the currys gone cold
Im down in the tube station at midnight
Dont want to go down in a tube station at midnight

Down In The Tube Station At Midnight (The Jam - All Mod Cons - 1978)


Commentaires

  1. tu as raison de souligner de façon général l'impact des Jam sur la scène anglaise, c'est difficile à imaginer quand en France ce groupe est quasi-inconnu par rapport à des formations comme les Sex Pistols et surtout les Clash, alors que là bas le trio a enchainé les tubes avec "start!" "a town called malice" ou encore "down at the station tube at midnight"

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…