Accéder au contenu principal

The Jam (3/6) : All Mod Cons


Suite de ma saga The Jam et cette fois-ci, je peux dire que c'est du bon. "All Mod Cons" - traduire par tout le confort moderne, "con" pouvant aussi dire arnaque - est leur troisième album, il est paru en 1978 et marque définitivement un tournant dans leur carrière qui décolle réellement outre-manche. Les Sex Pistols ne sont déjà plus, les Clash s'essaient à une carrière américaine, les Jam ont alors le champ libre pour devenir un groupe culte chez eux, surtout que le propos est très social - une constante bien britannique - Paul Weller sera d'ailleurs connu pour son appartenance à un parti de gauche, voire d'extrême gauche. Leur son s'est "arrondi", poli, est devenu plus pop, en témoigne la reprise des Kinks "David Watts" mais aussi la ballade "English Rose". Mais il reste la hargne et la fougue d'un "Down In The Tube Station At Midnight" par exemple, leur premier tube, qui raconte l'histoire d'un gars qui se fait tabasser dans le métro. "All Mod Cons" marque le début d'une formidable trilogie qui se poursuivra avec les 2 albums suivants et qui restera graver à jamais dans l'histoire de la pop anglaise.

Vidéo de "Down In The Tube Station At Midnight" à Top Of The Pops :


The distant echo -
Of faraway voices boarding faraway trains
To take them home to
The ones that they love and who love them forever
The glazed, dirty steps - repeat my own and reflect my thoughts
Cold and uninviting, partially naked
Except for toffee wrapers and this mornings paper
Mr. jones got run down
Headlines of death and sorrow - they tell of tomorrow
Madmen on the rampage
And Im down in the tube station at midnight
I fumble for change - and pull out the queen
Smiling, beguiling
I put in the money and pull out a plum
Behind me
Whispers in the shadows - gruff blazing voices
Hating, waiting
Hey boy they shout - have you got any money?
And I said - Ive a little money and a take away curry,
Im on my way home to my wife.
Shell be lining up the cutlery,
You know shes expecting me
Polishing the glasses and pulling out the cork
And Im down in the tube station at midnight

I first felt a fist, and then a kick
I could now smell their breath
They smelt of pubs and wormwood scrubs
And too many right wing meetings
My life swam around me
It took a look and drowned me in its own existence
The smell of brown leather
It blended in with the weather
It filled my eyes, ears, nose and mouth
It blocked all my senses
Couldnt see, hear, speak any longer
And Im down in the tube station at midnight
I said I was down in the tube station at midnight

The last thing that I saw
As I lay there on the floor
Was jesus saves painted by an atheist nutter
And a british rail poster read have an awayday - a cheap holiday -
Do it today!
I glanced back on my life
And thought about my wife
cause they took the keys - and shell think its me
And Im down in the tube station at midnight
The wine will be flat and the currys gone cold
Im down in the tube station at midnight
Dont want to go down in a tube station at midnight

Down In The Tube Station At Midnight (The Jam - All Mod Cons - 1978)


Commentaires

  1. tu as raison de souligner de façon général l'impact des Jam sur la scène anglaise, c'est difficile à imaginer quand en France ce groupe est quasi-inconnu par rapport à des formations comme les Sex Pistols et surtout les Clash, alors que là bas le trio a enchainé les tubes avec "start!" "a town called malice" ou encore "down at the station tube at midnight"

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu