Accéder au contenu principal

Arcade Fire, Roxy Music, Wave Machines, Beirut - Rock en Seine - 29 août 2010

Deux semaines après nos pérégrinations sur le sol breton, nous nous sommes de nouveau, maman et moi, mêlés à la foule des festivaliers, mais cette fois-ci, plus près de chez nous. Oui, nous étions à Rock en Seine, le grand rassemblement des rockeurs de la capitale. Pas loin de 40000 spectateurs étaient attendus en ce dimanche, dernier jour de la manifestation, notamment pour la venue des omniprésents canadiens d'Arcade Fire. 1h de trajet en transport en commun, suivi de quelques minutes d'attente à l'entrée du site - le beau parc de Saint-Cloud - et il est alors 17h. Ben, oui, les concerts de The Black Angels et de Eels sont déjà finis. Tant pis, de toute façon, on a bien raté celui de LCD Soundsystem la veille. Le temps d'une bonne glace et d'une petite expo rock sympathique, nous nous dirigeons vers la grande scène pour le premier concert de la soirée : Beirut. Bon, je l'avoue tout de suite, nous n'avons jamais été de grands admirateurs du groupe. Et le concert n'a fait que confirmer la chose. Zach Condon a une belle voix, sa formation aux allures de bande de boyscouts ou de gendres idéaux a l'air éminemment sympathique, mais cette musique de fanfare façon Balkans n'arrive pas à m'emballer. Les morceaux se suivent et se ressemblent, l'ambiance est un peu timide et je sens petit à petit l'ennui poindre. Les quarante-cinq minutes du set sont bien longues. On commence déjà à jouer nos rabats-joie en se demandant ce qu'on est bien venu faire ici. Surtout qu'une heure durant, il nous faut encore attendre et supporter le reggae proposé par Fat Freddy's Drop.

19h55 et la soirée prend d'un coup des allures plus plaisantes avec les liverpudliens de Wave Machines. Leur pop électronique à la basse groovante et aux mélodies enjouées est encore plus enthousiasmante en live qu'en studio. Le groupe a l'air tout simplement heureux d'être là, comme nous finalement. Les anglais jouent presque dans son intégralité leur excellent premier disque "Wave If You're Really There" qui avait eu les éloges de papa l'année dernière. Tout ça finit même dans l'allégresse générale avec leur presque tube "Punk Spirit".
A peine le temps de reposer nos oreilles que les papys de Roxy Music débarquent sur la scène d'à-côté. Et dès le premier titre, c'est le feu d'artifice : "Re-Make/Re-Model" ! Ouaaaaaah, les ancêtres envoient encore le bois. La suite n'est pourtant pas toujours du même accabit, à l'image de leur discographie. Quelques chansons flirtent particulièrement avec le mauvais goût, surtout quand Manzanera part dans des longs solos de guitare casse-bonbons ou que le saxo de McKay se met à dégouliner de romantisme de supermarché. Heureusement,  ils s'attardent essentiellement sur beaucoup de vieux titres issus de leurs deux premiers albums : "Ladytron", le génial "Virginia Plain", "Do The Strand", "Editions Of You", "In Every Dream Home A Heartache". A quelques exceptions près, le concert est quand même excellent et reste une très agréable surprise de la part d'un groupe disparu depuis bientôt 30 ans. Il y a même un court rappel et Ferry finit avec une reprise de "Jealous Guy" de Lennon. On aurait rêvé une meilleure sortie et déçus par un tel déploiement de guimauve bon marché, on en profite pour rattraper la grande scène, à l'autre bout du site, pour l'événement de la soirée.

Difficile alors de ne pas penser au premier concert d'Arcade Fire, dans la petite salle du Nouveau Casino en 2005, auquel nous avions eu la chance d'assister. 5 ans après, c'est à plus de 100 mètres de la scène et sur un écran géant que nous verrons Win Butler, Régine Chassagne et leurs acolytes. Plusieurs dizaines de milliers de personnes reprennent en choeur les hymnes du groupe et c'est alors que je me rends mieux compte de l'aspect particulièrement fédérateur de ce rock expressément calibré pour les stades et les grosses affluences. J'ai, du coup, l'étrange sentiment que ce groupe ne m'appartient plus, sentiment égoïste que doivent sûrement ressentir beaucoup de fans de la première heure. C'est plus fort que moi, je n'arrive pas à partager mes goûts avec autant de monde. Pourtant, le concert des canadiens n'est pas décevant, loin de là même, il est juste simplement comme je l'avais attendu, ni plus, ni moins. C'est à ce moment-là que la météo rentre en piste et que la pluie décide de battre son plein pendant plusieurs dizaines de minutes. Le groupe termine le morceau en cours, le formidable "Ocean Of Noise" avec les trompettes de Beirut en invitées, s'excuse et décide d'attendre cinq minutes avant de poursuivre. Toute la scène est entièrement bâchée. Ils reviennent comme prévu, mais juste le temps d'un dernier morceau, le désormais classique "Wake Up", joué acoustique, sous une pluie battante et repris à l'unisson par le public. A peine plus d'1h de concert, c'est peu et si ce n'est peut-être pas la faute du groupe, on se demande ce qu'il en aurait été s'il avait plu toute la journée !

En plus, histoire de gâcher la fin de la soirée, notre retour à la maison est assez épique. L'organisation mise en place par la région Ile-de-France est en effet assez déplorable, surtout quand on sait que c'est pourtant elle qui finance en grande partie l'événement. En fermant rapidement l'unique station de métro à moins d'un kilomètre à la ronde, c'est par milliers que les "rockeurs en Seine" défilent dans les rues de Boulogne-Billancourt, à la recherche d'un quelconque moyen de transport. Il est à peine deux heures quand nous arrivons finalement chez nous, mais bizarrement nous sommes bien plus fatigués qu'au retour du Fort Saint-Père, pas sûrs de vouloir renouveler l'expérience les prochaines années.
Quelques belles photos de la soirée sont visibles ici.

Commentaires

  1. Les billets pour l'an prochain sont déjà en vente sur le Net... Bientôt, Rock en Seine affichera complet avant même que l'on connaisse la prog. :) Difficile, dans ces conditions, pour la Route du Rock [les organisateurs auraient voulu faire venir Arcade Fire] de rivaliser avec le festival francilien ! En tout cas, moi qui suis limite agoraphobe, j'ai bien fait d'opter pour la Bretagne cet année.

    Bon, en résumé Arcade Fire, on ne les voit pas sur scène (mais sur écran) et on ne les entend pas non plus (les choeurs du public couvrant leurs chants). Y a comme un problème, non ?! :)

    P.S. : Dommage que tu aies manqué les Black Angels ! Les programmer au soleil à 16, c'est vraiment pas l'idéal...

    RépondreSupprimer
  2. Ben, oui, comment dire : la grande scène du festival est trop grande, il y a trop de monde. Cela devient impersonnel, l'émotion ne peut plus sortir. Du coup, les concerts que j'ai préférés sont ceux de Wave Machines, petite scène, ambiance Route du Rock :) et Roxy Music, parce que même s'il y avait du monde, c'était plus raisonnable qu'Arcade Fire et que, de toute façon, le show méritait une grande scène ! Mais celui que je regrette le plus d'avoir manqué, ça reste James Murphy, la veille...
    Dans tous les cas, rien ne vaut les petites salles, on est bien d'accord :)

    RépondreSupprimer
  3. Vu que tu utilises une de mes photos, merci de mettre un lien vers
    http://www.soul-kitchen.fr/festival/rock-en-seine-201
    juste en dessous de la photo (et mettre dans l'ancre du texte "Photos de Rock En Seine 2010")

    RépondreSupprimer
  4. Rhaaaa la la... Muse sous la pluie aux Vieilles Charrues... c'est là qu'on voit qu'on n'a plus 20 ans :-SS Mais prête à remettre ça si la prog vaut la peine. La prochaine fois je le déguiserais en préso géant !! :-D
    J'ai adoré Muse mais point de visu car trop loin et la pluie dans les yeux...
    La prog de rock en Seine était vraiment géniale cette année... En espérant voir les Wave Machines l'année prochaine chez nous :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro