Accéder au contenu principal

Frustration - Uncivilized

Bon sang, mais comment ai-je pu passer à côté de ça ? Frustration, tout un programme ! "Uncivilized" signé chez Born Bad Records - le label des excellents disquaires du même nom, à Paris - , ça ne s'invente pas ! Forcément, ça ne respire pas la franche gaité. Et dès les premières notes, ça se vérifie. Ambiance post industrialisation comme la pochette (en référence à Kraftwerk?), post civilisation comme le titre, post fin du monde, post-punk donc. Un peu de Joy Division, beaucoup de The Fall et de Wire et même, plus récemment un zest de At The Drive-In. Tout ça est réalisé par une bande de... parisiens. C'est incroyablement bien fichu, tordu juste comme il faut, ça ne recherche pas la facilité et surtout, comme qui dirait, ça dépote sévère. C'est leur deuxième album, le groupe existant quand même depuis 10 ans. Je viens de tomber dessus par hasard et le hasard provoque souvent les meilleures surprises. Le nouveau My Bloody Valentine attendra (juste) un peu. De même que mon top albums de l'année 1997 qui était prêt à être publié. 
Dans la vie, tout est question de priorité et quand se profilent des disques de ce calibre-là, surtout par chez nous, je veux bien chambouler n'importe quel planning routinier. Car cette musique se moque justement de la routine. Maintenant, ça serait frustrant de ne pas voir ce groupe dans les festivals cet été, ils le méritent amplement.

Commentaires

  1. Si la musique ne respire pas la gaité, il ne faut pas pour autant croire qu'ils se prennent au sérieux... la dominante rose sur fond bleu est d'ailleurs du meilleur effet. Sur spoty, tu as aussi Full Of Sorrow qui est vraiment extra. En ce moment, il y a -20% sur le label Born Bad chez Qobuz.

    RépondreSupprimer
  2. Bien joué cet article...
    Le disque est une petite tuerie.
    Je conseille à tous d'aller les voir sur scène... une vraie machine de guerre
    On les a fait jouer chez nous en octobre dernier.... Les mecs sont adorables et fidèles !
    Magique !

    RépondreSupprimer
  3. Salut c'est Dale!

    Un des tous meilleurs groupes français sur disque comme sur scène, une leçon pour tous les jeunes groupes (les mecs de Frustration ont 45 balais de moyenne d'âge!) qui se croient déjà arrivés!
    Vu en concert à Niort en 2008 (un des concerts les plus fun et dingues de ma vie!) et à Rennes en décembre dernier: toujours énormes sur scène et abordables en dehors. En revanche pour avoir causé avec Fabrice leur chanteur, les festoches ce n'est pas, mais alors pas du tout leur tasse de thé!!!
    Dommage je les auraient tout de même bien imaginé à la route du rock...

    bye.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, quand je parlais de festivals, je pensais d'abord à la Route du Rock, voire à Villette Sonique ou le Midi Festival.
    Dommage effectivement...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…