Accéder au contenu principal

Frustration - Uncivilized

Bon sang, mais comment ai-je pu passer à côté de ça ? Frustration, tout un programme ! "Uncivilized" signé chez Born Bad Records - le label des excellents disquaires du même nom, à Paris - , ça ne s'invente pas ! Forcément, ça ne respire pas la franche gaité. Et dès les premières notes, ça se vérifie. Ambiance post industrialisation comme la pochette (en référence à Kraftwerk?), post civilisation comme le titre, post fin du monde, post-punk donc. Un peu de Joy Division, beaucoup de The Fall et de Wire et même, plus récemment un zest de At The Drive-In. Tout ça est réalisé par une bande de... parisiens. C'est incroyablement bien fichu, tordu juste comme il faut, ça ne recherche pas la facilité et surtout, comme qui dirait, ça dépote sévère. C'est leur deuxième album, le groupe existant quand même depuis 10 ans. Je viens de tomber dessus par hasard et le hasard provoque souvent les meilleures surprises. Le nouveau My Bloody Valentine attendra (juste) un peu. De même que mon top albums de l'année 1997 qui était prêt à être publié. 
Dans la vie, tout est question de priorité et quand se profilent des disques de ce calibre-là, surtout par chez nous, je veux bien chambouler n'importe quel planning routinier. Car cette musique se moque justement de la routine. Maintenant, ça serait frustrant de ne pas voir ce groupe dans les festivals cet été, ils le méritent amplement.

Commentaires

  1. Si la musique ne respire pas la gaité, il ne faut pas pour autant croire qu'ils se prennent au sérieux... la dominante rose sur fond bleu est d'ailleurs du meilleur effet. Sur spoty, tu as aussi Full Of Sorrow qui est vraiment extra. En ce moment, il y a -20% sur le label Born Bad chez Qobuz.

    RépondreSupprimer
  2. Bien joué cet article...
    Le disque est une petite tuerie.
    Je conseille à tous d'aller les voir sur scène... une vraie machine de guerre
    On les a fait jouer chez nous en octobre dernier.... Les mecs sont adorables et fidèles !
    Magique !

    RépondreSupprimer
  3. Salut c'est Dale!

    Un des tous meilleurs groupes français sur disque comme sur scène, une leçon pour tous les jeunes groupes (les mecs de Frustration ont 45 balais de moyenne d'âge!) qui se croient déjà arrivés!
    Vu en concert à Niort en 2008 (un des concerts les plus fun et dingues de ma vie!) et à Rennes en décembre dernier: toujours énormes sur scène et abordables en dehors. En revanche pour avoir causé avec Fabrice leur chanteur, les festoches ce n'est pas, mais alors pas du tout leur tasse de thé!!!
    Dommage je les auraient tout de même bien imaginé à la route du rock...

    bye.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, quand je parlais de festivals, je pensais d'abord à la Route du Rock, voire à Villette Sonique ou le Midi Festival.
    Dommage effectivement...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu