Accéder au contenu principal

La musique à ... Aline

Aujourd'hui, c'est Aline, alias Romain Guerret qui nous parle de sa musique à lui. Ayant pourtant longtemps végété dans l'anonymat du rock hexagonal, il semble afficher désormais une fière assurance. Il faut dire qu'il y a de quoi, "Regarde Le Ciel" entrevoit enfin la lumière : c'est un condensé de chansons pop incroyablement addictives. Où l'on constate qu'il est bien un enfant des années 80, ayant réussi à faire le lien entre Souchon et Frank Black. Ce qui n'est pas un mince exploit. 


Parents 
Ma mère écoutait les Beatles, Julien Clerc (son chouchou), Georges Brassens, Barbara et mon père Joe Dassin, Michel Sardou, Polnareff ou encore Reggiani. Ils en écoutaient surtout dans la voiture. A la maison, ils écoutaient surtout la radio. 

Premiers disques
Les premiers disques que j'ai écouté sont ceux de mes parents bien sûr puis ceux de ma grande soeur, Daho avec "Pop Satori", Wham, Culture Club. Vers 9 ans, j'ai commencé à me faire offrir des 45 tours par ma mère, elle me les achetait à l'Intermarché du coin quand j'avais des bonnes notes. Je me souviens de The Cure avec "Close to me", les premiers Madonna, un Elvis Presley "Love me true", la cassette du "Thriller" de Michael Jackson... J'avais beaucoup de cassettes, que j'enregistrais à la radio. J'écoutais la radio jour et nuit parce que je n'arrivais pas à dormir. Le premier disque que j'ai dû acheter avec mes petits sous je crois que c'était l'album de A-ha, celui où il y avait "Take on me". 



Plaisir honteux
Je ne comprends pas cette histoire de "Guilty pleasure". A partir du moment où j'aime un truc c'est qu'il en vaut la peine. Donc non, je n'ai honte d'aucun disque que j'ai pu acheter ou aimer. Après, il y avait certainement des choses un peu limites que je ne réécouterais pas aujourd'hui. Quoique... 

Déclic musical
Mes parents m'ont toujours dit que quand on me posait la question de savoir quel métier je voulais faire plus tard je répondais invariablement : je veux faire Alain Souchon, parce que lui a le droit de mettre ses mains dans les poches...Donc j'ai dû être marqué par ce type. Après c'est Elvis Presley. Sur un doc à la TV, j'ai été subjugué par ce mec en costard qui jouait de la guitare devant des filles hystériques. J'ai dû m'inscrire aux cours de guitares le lendemain! En tout cas, j'ai toujours été attiré par la musique, les mélodies, les arrangements, la musique populaire mais aussi la musique classique. Avec les livres c'est quelque chose qui a toujours nourri mon imaginaire. La musique accompagnait mes images intérieures, elle était la bande son de mes aventures fantasmées.


Disques indispensables
Je n'ai pas trop changé en fait. J'ai aujourd'hui une bien plus grande culture musicale et mes goûts se sont affirmés mais j'aime toujours autant les mélodies, les tempo plutôt rapides, je suis sensible aux harmonies, aux chouettes basculements d'accords qui bouleversent. J'aime la guitare et les boîtes à rythmes, les caisses claires profondes et réverbérées. Mes influences sont aujourd'hui comme hier à chercher du côté du rock, de la pop synthétique, de la musique populaire et de la variété aussi, j'aime bien les tubes, j'aime bien l'idée de tube, l'idée qu'une bonne chanson puisse être intemporelle et indémodable me rend heureux. J'ai toujours avec moi, le deuxième album de Franck Black, les albums de The Wake, des Buzzcocks et du Velvet Underground et surtout plein de compilations maison.


Enregistrement de "Regarde Le Ciel"
Ambiance très sereine, calme. C'est dû, je pense, à la personnalité de Jean-Louis Piérot et de Philippe Balzé, des gars calmes et souples. On n'écoutait pas de musique, juste les démos de Young Michelin pour se replonger dans l'ambiance et se remémorer les parties à jouer.

Ecriture et composition  
Aline, c'est à la base un projet solo. J'ai écrit les premiers morceaux seul dans mon coin. L'inspiration était là, une atmosphère particulière, la solitude, le questionnement, les désillusions, l'envie de renaître, d'être quelqu'un d'autre, quelque chose de nouveau. Se débarrasser d'une peau devenue encombrante. Retrouver la lumière, les paradis perdus. Après avoir expliqué aux copains ce que je voulais faire et comment je voulais le faire ils ont pu apporter leur pierre à l'édifice. Il n'y a maintenant pas de règle précise quant à la composition des morceaux. A deux, tout seul, le groupe entier. Moi, je fais tous les textes et je suis le gardien du temple, j'ai établi des règles et je veille à ce qu'elles soient respectées.

Fierté personnelle
Peut être "Elle m'oubliera" pour sa limpidité. Rien ne dépasse, pas de gras. C'est fluide, simple et direct, honnête.


Scène
Sur scène, c'est de mieux en mieux. Au début, on ne savait pas comment aborder la question. On ne fait pas une musique très spectaculaire et on n'aime pas trop se rouler par terre. En tout cas, on joue plus nerveux que sur disque, plus tendus, parfois post punk, c'est un peu plus rock. Ça dépend des salles, du public et surtout de nos configurations psychiques.

Enfants
J'ai deux petites filles. Elles écoutent surtout la radio et les tubes des chanteurs du moment. Quand je suis avec elles, je leur fais écouter la musique que j'aime sans trop les gaver. Elles prennent ce qu'elles ont envie de prendre. Elles se feront leur éducation musicale elles mêmes, ou pas. En tout cas, elles m'ont fait découvrir "Follow rivers" de Lykke Li et j'ai adoré ça.

Aline est actuellement en tournée dans toute la France.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous