Accéder au contenu principal

Robi - L'hiver et la joie

Après deux semaines de pause dans le défrichement de l'actualité musicale, la musique à papa reprend aujourd'hui une activité normale. Si le mois de janvier commençait avec la fraîcheur de Aline, pour février ce sera la rudesse de Robi. Cette nouvelle chanteuse n'a effectivement pas le même univers chatoyant et immédiatement accueillant des marseillais. "L'hiver et la joie", son premier album, à l'image de son titre, est double et navigue bien souvent en eaux troubles. Mais il débute par le titre au charme le plus instantané du lot, "On ne meurt plus d'amour", histoire d'embarquer l'auditeur un minimum, pour qu'il se demande bien ce qui va suivre. Et la suite est plutôt rêche, sombre, on pense à la PJ Harvey presque apaisée de "To Bring You My Love", à la Beth Gibbons troublante de "Dummy" ("Je te tue" et son climat à la Portishead). Bien sûr, Robi n'est pas encore au niveau de ces deux-là, moins sauvage que la première, moins émouvante que la seconde, mais grâce à son parti pris de chanter uniquement en français, elle parvient facilement à s'en émanciper, créant un style assez atypique.
On entend pourtant une reprise de Trisomie 21, un groupe de cold wave française. Inspiration eighties donc, bien dans l'air du temps, une Lescop au féminin, mais à l'univers moins identifiable. Pour exemple, l'excellent "Ma route" en duo avec Dominique A - toujours dans les bons coups, celui-là :) - est un curieux mélange de "La Fossette" pour son entêtante rengaine aux claviers et de "Remué" pour les textes, les guitares plus agressives. Bref, on a hâte de voir quelle ambiance sera donnée à la tournée qui passera par le printemps de Bourges - dont la programmation qui vient d'être dévoilée s'annonce particulièrement alléchante. Elle a déjà fait ses gammes en première partie de Arno, Murat ou Dominique A qui l'avaient tous expressément convié à "ouvrir" leur concert. Avec un tel soutien et un si beau premier album, la partie semble donc presque gagnée d'avance...

Clip de "On ne meurt plus d'amour" :
Clip de "Je te tue" :

Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Ouahh ça m'a l'air pas dégueux du tout ça .. vais m'empresser de trouver ça. Elle me rappelle Balibar ou Arielle... une Barbara moderne ??

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Ganser - Just Look At The Sky

" Regarde juste le ciel " nous demande ce groupe américain originaire de Chicago. Comme en son temps, un groupe de pop bien de chez nous, nommé Aline. Pourtant, on ne navigue pas du tout dans les mêmes eaux. Ici, le climat est plus sombre, tendu, lourd. On ne ressent alors pas ça comme un conseil, mais plutôt comme un ordre, une sommation. Dès " Lucky ", le ton est donné. Le riff de guitare, comme martelé, emporte tout sur son passage tel un ouragan. Et les coups de semonces s'enchaînent ainsi de manière régulière tout au long de ces neuf titres rageurs. On pense évidemment à Sonic Youth, un peu moins à Electrelane, même si c'est étonnament leur guitariste Mia Clarke, exilée à Chicago, qu'on retrouve à la co-production.  Ganser, en plus des guitares tranchantes, ce sont deux chanteuses Nadia Garofalo et Alicia Gaines qui se sont rencontrées dans une école d'art. Elles y ont partagé leurs passions communes pour la musique de The Residents et les films

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We