Accéder au contenu principal

Top albums 1997


Retour aujourd'hui de mes tops albums scrupuleusement classés par année. Me voilà donc arrivé en 1997. Et 1997, ce fut évidemment l'année de "OK Computer". On pourrait s'arrêter là ou presque tellement ce disque impressionne encore aujourd'hui. Radiohead s'envole alors au-dessus de la mêlée et demeurera pendant un bon bout de temps mon groupe préféré, disqualifiant à chaque nouveau disque la concurrence. Pourtant, de concurrence, il y avait quand même, cette année-là, à commencer par une autre tête brûlée, Björk, qui balançait son meilleur album, "Homogenic" et ses arrangements grandioses et tarabiscotés. En terme d'arrangements, Nick Cave revenait, lui, à plus de simplicité, avec presque seulement un piano et ça suffisait amplement. Neil Hannon ne gardait aussi que l'essentiel - un grand orchestre classique tout de même ! - pour un divin "Short Album About Love". Les Tindersticks gagnaient en intensité avec un "Curtains", pour une fois sans fausse note ni baisse de régime. Pour Pavement, c'était plutôt en efficacité, avec des mélodies pop plus évidentes et entêtantes qu'auparavant. Blur essayait bizarrement de les imiter et c'était plutôt réussi. Yo La Tengo se révélait le grand groupe de rock indépendant de sa génération, capable de marier dans un seul disque, tout le meilleur du genre. Portishead et Miossec nous refaisaient le coup de "Dummy" et "Boire" mais en plus agressif, leurs nouveaux breuvages ayant en effet encore plus de corps.

10- The Divine Comedy - A Short Album About Love
Entre deux albums un peu ("Casanova") et très ("Fin de siècle") ampoulés, le petit irlandais réussit ce court album, comme son nom l'indique, classieux, parfait équilibre entre ses aspirations de mélodies pop et de grande orchestration classique. Après ça, "Everybody knows" qu'il en est capable...

9- Nick Cave & The Bad Seeds - The Boatman's Call
Le grand Nick Cave revient à une écriture simple au piano, comme au bon vieux temps de "The Good Son" et c'est une fois de plus brillant et touchant. Cet australien-là a la classe, à l'image de son alter-ego anglaise PJ Harvey.
8- Portishead - Portishead
Chaque nouvel album de Portishead est un événement. Moins immédiat que son prédécesseur, "Portishead" s'avère pourtant plus complexe, faisant appel à plus de vrais instruments. Mais c'est toujours la même noirceur qui prédomine. Envoûtant.
7- Blur - Blur
Blur brouille enfin les pistes et lorgne vers l'Amérique et Pavement. Il fallait au moins ça pour sortir vivants de l'épisode brit-pop. La faute à son guitariste Graham Coxon. Qui a dit qu'il n'y avait pas de démocratie dans la troupe de Damon Albarn ?
6- Yo La Tengo - I Can Hear The Heart As One
Ceux qui suivent ce blog savent que je n'ai découvert ce groupe que très récemment. Ce disque n'aurait donc jamais été classé à ce niveau en 1997. Mais depuis l'écoute de leur récent et parfait "Fade", leur musique squatte régulièrement mes oreilles. Avec ce "I Can Hear The Heart As One", ils parvenaient à rivaliser avec le meilleur de Sonic Youth ("Sugarcube"), My Bloody Valentine ("Deeper Into Movies") et Neil Young ("Stockholm Syndrome"): impressionnant !

5- Miossec - Baiser
"Boire", je ne ressens plus le besoin de l'écouter tellement j'en garde un souvenir ému : celui d'avoir découvert une nouvelle voix vibrante et touchante de la chanson hexagonale. "Baiser", bizarrement, il faut le réécouter pour se persuader qu'à l'époque non plus, je n'avais pas tort. La gouaille est encore là ainsi que ces paroles aux accents de vérité. Depuis, le Brestois apparaît en roue libre, n'arrivant plus à trouver une telle sincérité. Alors, "Boire" ou "Baiser" ? Les deux, mon capitaine !

4- Tindersticks - Curtains
Ceux-là, c'est bien simple, ils m'ont régulièrement ennuyé sur la longueur d'un album. Sauf sur ce "Curtains" qui passe comme une lettre à la poste. Déchirant.
3- Pavement - Brighten The Corners
"Brighten The Corners" est le disque mal aimé de Pavement. Pourtant, avec le recul, c'est celui qui le premier, m'a fait apprécié la musique du groupe, celui duquel je me sens encore le plus proche. Parce que pour la première fois, Malkmus ne faisait plus semblant d'être cool et de vouloir brouiller les pistes. Son disque regorge de mélodies simples, accessibles, naturellement belles, telles le superbe "Shady Lane".
2- Björk - Homogenic
Dernier décollage de l'islandaise avant "Dancer In The Dark", le pétage de plomb et chopage de melon qui s'en suivirent. En 1997, Björk rayonnait sur la planète rock et au-delà. Sa musique ne ressemblait à rien d'autre, elle était le modèle à suivre, de part son exigence et sa volonté inébranlable d'expérimenter et d'avancer. Malheureusement, elle s'est perdue en route et nous avec. 
1- Radiohead - OK Computer
Choix de médaille d'or évident. Album monstre, culte pour toute une génération, moi y compris. J'y ai tout appris. Je le connais par coeur. Je n'ai plus besoin de l'écouter, il fait désormais partie de mon ADN.



Commentaires

  1. Joli choix Vincent. Tout est bien vu et juste.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ouaih, pas mal ça.. eh grand cru 97 !! j'écoutais tout comme toi, sauf Miossec :D
    Même Homogenic, immense ce disque, d'ailleurs j'ai écouté que cet opus d'elle.. rien d'autre après.
    Mon préféré reste Nick Cave.

    Pas mal comme thème...me taperai bien une petite année aussi.. genre l'immense 2001

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miossec, c'est le dernier auquel j'ai accroché...Pour 2001, le mien est déjà paru et pour rappel, c'est ici : http://lamusiqueapapa.blogspot.fr/2012/09/top-albums-2001.html

      Supprimer
  3. Pour moi, Il ne manque que F. Breut et le Buena Vista Social Club... aurais-tu échappé à la vague cubaine?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Françoiz Breut, je préfère son dernier. Quant à Buena Vista Social Club, j'aime bien comme ça, mais ce n'est pas le genre de musique que je me repasse volontiers. Disons qu'il traîne quelque part dans ma discothèque, mais je ne le ressors pour ainsi dire jamais...

      Supprimer
    2. Je me disais bien qu'il fallait que je le réécoute le dernier F.Breut... Merci a+

      Supprimer
  4. Jolie choix.

    Le virage de Blur, un grand groupe, tout est bon ou presque, la periode Brit' est un régal, et le reste est très bon, même si "Think Tank" est un cran en dessus. De Miossec, je préfère l'album "Brûle", mieux métrisé.

    RépondreSupprimer
  5. Quel superbe top ! On a beaucoup mal de disques communs, tous sauf le Divine Comedie et le Nick Cave que je connais pas (du moins, je ne l'ai pas).

    1997, quel grand cru, exceptionnel même...LA meilleur année de la décennie. Non, LA meilleur des 90's mais aussi des 80's, avec 1989 !!!
    Que d'immense disques et tous ça la même année. Moi, si je faisais mon top, ce serais :

    "OK Computer" - Radiohead
    "Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space" - Spiritualized
    "I Can Hear The Heart As One" - Yo La Tengo
    "Curtains" - Tindersticks
    "Mi media naranja" - Labradford
    "Portishead" - Portishead
    "Homogenic" - Bjork
    "Brighten The Corners" - Pavement
    "New forms" - Roni Size/Reprazent
    "If you’re feeling sinister" - Belle and Sebastian
    "Work & Non Works" - Broadcast
    .................

    A +

    RépondreSupprimer
  6. Pour commencer j'aime le principe, je le retiens pour compléter ma disco. PAVEMENT je m'étais arrêté à l'incontournable (?) "Crooked Rain"
    Surtout que d'y retrouver mon chouchou de l'époque (1997!! Déjà!!) Même si c'est marrant que tu aies ressenti une approche de simplification, j'ai des amis qui ont décroché avec cet album, ils ont trouvé que c'était "trop", "trop" esprits à retrouver des grands orchestre pour Crooner. L'ombre de Sinatra juste derrière. Je n'étais pas en désaccord mais c'est pour ça que j'aimais ;-)

    RépondreSupprimer
  7. 1997 en 10 disques indispensables:
    1 Depeche Mode "Ultra"
    2 Belle & Sebastian "If you're feeling sinister"
    3 Primal Scream "The Vanishing Point"
    4 Portishead "Portishead"
    5 The Chemical Brothers "Dig your own hole"
    6 Archive "Londinium"
    7 Gus Gus "Polydistortion"
    8 Mansun "Attack of the grey lantern"
    9 Echo & the Bunnymen "Evergreen"
    10 The Dandy Warhols "Come Down"

    RépondreSupprimer
  8. "If You're Feeling Sinister" oui forcément, mais ça sera pour 1996 !

    RépondreSupprimer
  9. Beaucoup d'excellents disques en effet dans cette playlist, comme souvent par ici. Néanmoins, pour moi, et au risque de passer pour un hérétique, je placerais "Homogenic" de Bjork au-dessus du lot, y compris du "OK computer" malgré toutes ses qualités. Donc mon top 10 ressemblerait à ça :
    1. Bjork - Homogenic
    2. Radiohead - OK computer
    3. Portishead - Portishead
    4. Palace Music - Lost blues and other songs
    5. Alpha - Come from heaven
    6. Tindersticks - Curtains
    7. Smog - Red apple falls
    8. Swell - Too many days without thinking
    9. Elliott Smith - Either / or
    10. The Apartments - Apart

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…