Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Feelies - The Good Earth (1986)


Après la réédition de tous les albums de Beatles (promis, c'est la dernière fois que j'en parle), voici celle, autrement plus intéressante, des deux premiers disques des Feelies. Pourquoi plus intéressante ? Tout simplement parce que ces deux-là étaient devenus presque introuvables et qu'il était donc temps de remédier à cette odieuse injustice. Surtout leur deuxième, celui-ci donc, le bien-nommé "The Good Earth". Parce qu'il n'est injustement pas considéré comme leur meilleur - on lui préfère généralement le brouillon et plus expérimental "Crazy Rhythms" -. Il est ici effectivement question de disque terrien, de folk rural, mais toujours avec ce jeu de guitares caractéristique de la divine paire Million-Mercer. Les deux compères ont arrêté les surdoses de caféine et de Guronsan et en profitent pour délivrer leur disque le plus aérien, le plus compact, le plus homogène aussi. La tension est toujours là, mais plus légère, mieux maîtrisée. Tous les titres pourraient être cités, à l'inverse de "Crazy Rhythms" où quelques uns sortent irrémédiablement du lot, il n'y a aussi pas de reprises (ni Beatles, ni Rolling Stones, ni plus tard Velvet Underground) , pas de baisse de régime non plus. On croirait d'ailleurs entendre un seul et même morceau évoluant au fil des accords de guitares et des quelques paroles murmurées plus que chantées. On pourrait donc s'arrêter dès la fin du premier morceau, le génial "On The Roof", parce que tout est déjà là, mais on continue malgré nous, parce qu'on aime ça. The Feelies, c'est le chaînon manquant entre Television pour les magnifiques enchevêtrements de guitares et R.E.M pour le côté folk mélodique. C'est Peter Buck, fan de la première heure, qui produira d'ailleurs ce disque.
J'ai découvert, pour ma part, ce groupe il y a plus de 10 ans maintenant, grâce au magazine des Inrocks, par l'intermédiaire d'un classement des meilleurs disques de la période 1986-1995, à une époque où Les Inrocks étaient encore capables de défricher de nouveaux talents avant les autres, à une époque où internet n'existait pas encore ou presque. Dernièrement, The Feelies s'est reformé - ben, ouais, eux aussi ! - pour quelques dates aux Etats-Unis. Cette réédition pourrait aussi être l'occasion d'une éventuelle tournée européenne, avec un passage par Paris. Qui sait ?

Commentaires

  1. Oh que ca fait plaisir d'entendre parler des Feelies. En revanche je suis pas vraiment d'accord, Crazy Rhythms n'est ni brouillon ni experimental. Par contre je n'ai jamais écouté The Good Earth par peur d'être déçu mais je testerai..
    S'ils passent à Paris tu peux être sur que j'y serais!

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, brouillon et expérimental, cela s'entend en comparaison de "The Good Earth", moins heurté et plus fluide.

    RépondreSupprimer
  3. C'est marrant mais j'ai découvert nombres de disques avec ce classement des meilleurs disques de la période 1986-1995 selon les Inrocks. D'ailleurs, je l'ai même retranscris en format texte sur mon ordi.
    "The Good Earth" est vraiment bon, plus "pop" après le Post-punk de "Crazy Rythms".
    Et en cette année 2011, ils sont de retour avec l'excellent "Here Before", album que l'on jurerait avoir été enregistré par des p'tits jeunes rockers !
    "Only Life" est pas mal aussi !!!

    A + et toujours bravo pour "tes indispensables", à toi et à ta collège, qui sont très proches de MES disques à moi !!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro