Accéder au contenu principal

Les Pixies au Zénith de Paris le 16/10/2009


Les Pixies et "Doolittle", j'en ai déjà parlé il y a quelque temps ici, au moment d'ailleurs où j'ai acheté mes places pour ce concert, celui du vingtième anniversaire. Après leur tournée de 2004, ils avaient une fois de plus choisi le Zénith de Paris pour se produire chez nous et je ne peux dire pas que je sois particulièrement fan du son de cette salle ... Et puis j'ai aussi souvenir d'y avoir connu un véritable cauchemar auditif avec la fin d'un concert de My Bloody Valentine : un quart d'heure de larsens toutes décibels dehors, ça vous nettoie les tympans et vous fait connaître une étrange expérience : entre l'abrutissement qui vous ferait rentrer en transe et l'envie irrésistible de déguerpir au plus vite ... Ici, en comparaison, le son des Pixies, c'est comme qui dirait du petit lait. Bon, il ne faut pas se le cacher, tout ça sent profondément le marketing et le renflouage de caisse à plein nez. Nostalgie, nostalgie quand tu nous tiens ... Et on se laisse avoir quand même. Les tee-shirt sont sympas, il y a même des mugs, on peut aussi télécharger le concert ici. Mais un conseil, c'est moins cher sur le net que sur place, preuve en est fait que le but est aussi de se faire du fric sur le dos de fans un peu naïfs et prêts à tout pour garder un souvenir de l'événement. Même si événement, il n'y eut pas vraiment. Tout commence par la diffusion du court-métrage culte de Bunuel, "Le Chien Andalou" dont le groupe fait référence dans "Debaser", morceau inaugural du fameux "Doolittle". Et puis, surprise : les Pixies apparaissent et ne commencent pas par ledit morceau, mais par les faces B de l'époque. Le fameux premier titre viendra un peu plus tard, suivi du reste de l'album, dans l'ordre.
Le show est bien rodé, trop peut-être. Kim Deal, euphorique, trop peut-être (l'alcool ?). Les autres membres du groupe sont, à l'inverse, assez distants, pas blagueurs pour un sou, même si très pro. Il faut dire que les Pixies n'ont jamais non plus été connus pour leur côté "déconne" et pour leur charisme scénique. Disons qu'ils font le boulot, un point c'est tout. On aurait aimé un peu plus de convivialité, surtout que vingt ans après, l'enjeu est quand même moindre et le public tout acquis d'avance. Peu de rappel et quelques rares titres extraits de leurs autres albums comme le "Gigantic" final. "A big, big love" clame Kim Deal. Oui, sans aucun doute pour "Doolittle" et l'ensemble de leur courte mais parfaite discographie. Mais pour la prestation des Pixies de ce soir, c'est sans doute un peu exagéré, même si, à 45 ans, ils "envoient toujours aussi bien le bois", la preuve en image :

Autre chronique du concert sur Soul Kitchen

Quelques titres du concert à télécharger gratuitement :








Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d