Accéder au contenu principal

Les Pixies au Zénith de Paris le 16/10/2009


Les Pixies et "Doolittle", j'en ai déjà parlé il y a quelque temps ici, au moment d'ailleurs où j'ai acheté mes places pour ce concert, celui du vingtième anniversaire. Après leur tournée de 2004, ils avaient une fois de plus choisi le Zénith de Paris pour se produire chez nous et je ne peux dire pas que je sois particulièrement fan du son de cette salle ... Et puis j'ai aussi souvenir d'y avoir connu un véritable cauchemar auditif avec la fin d'un concert de My Bloody Valentine : un quart d'heure de larsens toutes décibels dehors, ça vous nettoie les tympans et vous fait connaître une étrange expérience : entre l'abrutissement qui vous ferait rentrer en transe et l'envie irrésistible de déguerpir au plus vite ... Ici, en comparaison, le son des Pixies, c'est comme qui dirait du petit lait. Bon, il ne faut pas se le cacher, tout ça sent profondément le marketing et le renflouage de caisse à plein nez. Nostalgie, nostalgie quand tu nous tiens ... Et on se laisse avoir quand même. Les tee-shirt sont sympas, il y a même des mugs, on peut aussi télécharger le concert ici. Mais un conseil, c'est moins cher sur le net que sur place, preuve en est fait que le but est aussi de se faire du fric sur le dos de fans un peu naïfs et prêts à tout pour garder un souvenir de l'événement. Même si événement, il n'y eut pas vraiment. Tout commence par la diffusion du court-métrage culte de Bunuel, "Le Chien Andalou" dont le groupe fait référence dans "Debaser", morceau inaugural du fameux "Doolittle". Et puis, surprise : les Pixies apparaissent et ne commencent pas par ledit morceau, mais par les faces B de l'époque. Le fameux premier titre viendra un peu plus tard, suivi du reste de l'album, dans l'ordre.
Le show est bien rodé, trop peut-être. Kim Deal, euphorique, trop peut-être (l'alcool ?). Les autres membres du groupe sont, à l'inverse, assez distants, pas blagueurs pour un sou, même si très pro. Il faut dire que les Pixies n'ont jamais non plus été connus pour leur côté "déconne" et pour leur charisme scénique. Disons qu'ils font le boulot, un point c'est tout. On aurait aimé un peu plus de convivialité, surtout que vingt ans après, l'enjeu est quand même moindre et le public tout acquis d'avance. Peu de rappel et quelques rares titres extraits de leurs autres albums comme le "Gigantic" final. "A big, big love" clame Kim Deal. Oui, sans aucun doute pour "Doolittle" et l'ensemble de leur courte mais parfaite discographie. Mais pour la prestation des Pixies de ce soir, c'est sans doute un peu exagéré, même si, à 45 ans, ils "envoient toujours aussi bien le bois", la preuve en image :

Autre chronique du concert sur Soul Kitchen

Quelques titres du concert à télécharger gratuitement :








Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro