Accéder au contenu principal

Lasciatemi cantare (con la chitarra in mano) *

Aujourd'hui, le thème de ma chronique honteuse porte comme vous avez pu le constater avec le titre de ce post sur l'Italie. Mais pas n'importe quelle Italie, pas celle qui chante dans la langue de Dante, mais celle qui a voulu s'essayer au milieu des années 80, à la langue de Shakespeare et qui a rencontré un succès considérable. Tous ces chanteuses, chanteurs et groupes ont depuis totalement disparus, ils n'ont fait pour la plupart qu'un tube ou deux puis sont partis aussi vite qu'ils sont arrivés. Ils ont pourtant squattés les premières places de tous les Top 50 européens de l'époque. Et aujourd'hui, plus aucune radio ou presque n'ose passer ces chansons. Pourquoi ? Parce que c'est la honte, quand même. Heureusement, la musique à papa est là et a fait son petit travail d'archives. (YouTube et DailyMotion sont d'excellents outils pour ça) Ceux qui, comme moi, ont connu cette époque bénie (???), iront peut-être de leur petite larmichette de nostalgie, les autres passeront sans doute complètement à côté. Mais tant pis, je prends le risque. Attention, pour les oreilles et les yeux sensibles, ça peut faire mal quand on n'est pas prévenu. C'est parti ! Ceux qui veulent tenter le blind test, il est quand même costaud ...
A tout seigneur, tout honneur, commençons par Opus, dont le succès de son "Live Is Life" leur a même permis de devenir le générique des très convoitées vachettes d'Interville (la classe, quoi !) :

Cette moustache, mon dieu, cette moustache !

Mais parmi ces chanteurs, il y avait bien sûr des playboys. Logique quand la musique n'est pas la priorité, il faut miser sur autre chose. Avec le pathétique Den Harrow et "Future Brain", ça saute aux yeux :

Autre succès interplanétaire (oui, oui, je vous assure ...), celui de Baltimora et son "Tarzan Boys" :

Mais qu'est-ce que c'est que ce look et ce maquillage ! Drôle de vision de Tarzan, l'homme de la jungle ...

Et eux, ils étaient pas mal non plus : (Finzy Contini - Cha Cha Cha)

Le playback est horrible et que dire de la chorégraphie !

Et maintenant, le lover made in eighties : pas très beau avec costume à carreaux improbable et super macho ... (Andrea - I'm a lover) :



Un dieu du synthé (ah le célèbre jeu de synthé à une main des années 80 !) avec le catogan et le costume façon Albator piqué à Laurent Voulzy, c'est Ivan avec "Fotonovella".


On dirait Mike Brant et admirez la danse sensuelle de sa partenaire : la choré n'a pas été répétée, on a quand même l'impression qu'elle improvise un peu ... (Monte Kristo - The Girl Of Lucifer)


Jackie Quartz qui aurait abuser du Studio Line, non, ce n'est pas possible, elle n'est pas réelle, c'est juste une illusion (je sais elle est facile ...) C'était l'inénarrable Spagna avec "Easy Lady".

Bon, il y en a eu plein d'autres, mais il fallait bien faire une sélection et j'avoue qu'elle n'a pas été si facile que cela ...

Sur ces relents de nostalgie de supermarché, bon week-end à tous,

* Laissez-moi chanter (la guitare à la main) extrait du célèbre "L'Italiano" de Toto Cutugno

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…